25 avril 2010

13____ Clara.

CLARA

 

Je viens de me rappeler d’un truc. Le rendez-vous avec la CPE. A dix heures. Ca m’était complètement sorti de la tête, en fait. Non seulement je vais devoir m’expliquer avec Johanna, je vais probablement m’en prendre plein la figure, mais en plus je risque de me faire disputer si je n’arrive pas à l’heure.

-Lucille, tu viens avec moi jusqu’au bureau de la CPE ?

Elle me regarde d’un air désolé.

-J’dois finir mon allemand, sinon la prof va me coller un zéro. Trouve quelqu’un d’autre. Désolée, hein.

Je n’ai pas vraiment besoin d’escorte, mais un la compagnie d’un ami m’aiderait à reprendre un peu confiance en moi. Je me tourne vers Sylvain.

-Euh, Sylvain, tu veux pas y aller, toi ?

-Ok, me répond-il en retirant ses écouteurs.

Je lui adresse un sourire éclatant.

-Merci.

-C’est à cause de Johanna ton rendez-vous, non ?

-Oui. Franchement ça m’énerve, j’aurais limite préféré aller en anglais, tu vois.

-Elle va te dire quoi ?

-Bah je suppose que je vais devoir tout réexpliquer. Au pire, j’y suis pour rien dans cette histoire. C’est elle qui s’est foutue dans la merde toute seule.

-Ouais c’est vraiment une…

Sylvain n’achève pas sa phrase parce qu’il vient de louper une marche. Il se rattrape de justesse à la rambarde dans une position ridicule. Je reste d’abord interloquée puis me mets à rire.

-Arrête c’pas drôle !

-Ah si, non mais c’était pitoyable là, j’articule entre deux éclats.

Il me pousse, pas méchamment, mais je perds quand même l’équilibre. J’ai l’impression que mon corps ne répond plus correctement ces derniers temps. Comme s’il se déconnectait de mon esprit. C’est étrange, et vraiment désagréable. Sylvain agrippe mon poignet de justesse.

-Ben alors ?

-Je devais être tout au bord de la marche, j’ai pas fait exprès, je réponds en souriant.

Il fixe mon poignet. Même si Sylvain n’est pas franchement grand, mon bras paraît minuscule et tout pâle, dans sa main. C’est parce que j’ai beaucoup maigri, ça doit être dû au stress, ou au surmenage, car en fait je ne l’explique pas vraiment.

-T’es maigre, constate Sylvain.

-Je sais.

-J’trouve ça flagrant ces temps-ci.

-Je vais être en retard alors lâche-moi.

-Tu te fais vomir ou quoi ?

-T’arrêtes oui ? On y va, allez.

Je me dégage, finalement, et pars en le laissant derrière. Il me rattrape. Nos pas résonnent dans les couloirs vides. Nous arrivons finalement en face du bureau de la CPE, une petite porte jaune surmontée d’une plaquette en plastique proclamant  « Mme Saurel, conseillère principale d’éducation. Collège. ». Je frappe, anxieuse. Sa voix me parvient depuis l’autre côté du battant.

-Une minute voulez-vous ?

Elle aussi a pris du retard, apparemment. Je m’assois sur un des fauteuils qui borde le couloir, car je commence à être fatiguée. Sylvain me regarde.

 

 

-Tu peux aller en cours, tu sais. J’peux attendre toute seule.

-Bah non, j’vais rester avec toi.

Lui ne semble pas décidé à s’asseoir. Il reste debout face à moi.

Je ne pense pas que Sylvain soit beau, mais je le trouve mignon. Ses cheveux sont bruns et frisent un peu à certains endroits, c’est joli. Il n’a pas le teint clair, pourtant il ne sort pas beaucoup. Il faut presque le traîner dehors, en fait. Il me regarde encore. Je n’aime pas trop. Je baisse les yeux.

-Salut, marmonne soudain une voix au timbre amer.

Je lève les yeux, brusquement. J’ai reconnu la voix de Johanna. Ses yeux vert-marron fardés me contemplent puis remontent vers Sylvain.

-Qu’est-ce que tu fous là ? demande Johanna.

-On t’a demandé la couleur de ton string ? répond-il d’un ton violent.

-Oh, calme. J’t’ai pas agressé, non ?

-Ouais, pas moi.

-T’es obligée de la défendre, elle peut pas le faire toute seule peut-être ?

-J’ai pas envie de discuter avec toi connasse.

-Pauvre type… grince Johanne en se laissant tomber deux sièges plus loin.

J’ai considéré cet échange verbal d’un œil ébahi. J’apprécie qu’on prenne ma défense, mais il est absolument inutile d’en arriver à là. J’adresse un regard noir à Sylvain.

-Ca va aller. Remonte en anglais s’il te plaît.

Il semble surpris, presque déçu, puis s’éloigne d’une démarche traînante. Je me tourne vers Johanna, qui, elle, semble inquiète. Elle triture ses ongles, et lance quelques coups d’œil furtifs à la porte du bureau.

Posté par vue-du-ciel à 11:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur 13____ Clara.

    Parfaaaaaaait

    Posté par colinee, 25 avril 2010 à 17:15 | | Répondre
  • suggestion

    tu devrais penser à te faire éditer dans un papier vhebdomadaire par exemple, ca te laisserai plus de temps et plus de gens pourraient en profiter !^^

    Posté par patoche, 26 avril 2010 à 19:59 | | Répondre
Nouveau commentaire